Chez les femmes, les principales causes sont le cancer

Chez les femmes, les principales causes sont le cancer
September 5, 2020 0 Comments

Grippe pandémique AH1N1.  En 2009, 368 118 cas ambulatoires ont été signalés comme compatibles ou soupçonnés de grippe pandémique. De ce nombre, 12 302 cas ont été confirmés comme étant des cas de grippe pandémique H1N1 et 1 876 cas (15,2% des cas) ont été hospitalisés.  634 450 traitements antiviraux gratuits ont été dispensés dans les secteurs public et privé.

Parmi les cas confirmés, 1 622 présentaient une IVA sévère, avec un âge médian de 32 ans.  53% des cas avaient des antécédents de maladie chronique.  Parmi les cas de grippe pandémique, 150 décès ont été classés comme étant associés à la grippe pandémique.

Le choléra et la diarrhée

L’âge moyen du décès était de 44 ans et 70,6% souffraient d’une maladie sous-jacente. 52.5% étaient des hommes, et l’âge moyen était de 44 ans, allant de 4 mois à 89 ans.  Le nombre moyen de jours entre l’apparition des symptômes et la date du décès était de 14 jours, allant de 0 à 67 jours.  L’activité grippale pandémique a culminé entre les semaines 26 et 28 de 2009; à partir de la semaine 30, elle est restée à de faibles niveaux.

Parmi les virus de la grippe A circulant au Chili en 2009, 99% correspondaient à la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009. 

Le choléra et la diarrhée.  Il est réapparu au Chili en avril 1991 (après 84 ans), avec 147 cas signalés jusqu’en 1994.  En décembre 1998, une épidémie a touché 23 personnes dans la ville de San Pedro de Atacama (Région II).  En juillet 2011, un cas importé de choléra a été confirmé en provenance de la République Dominicaine, depuis lors, aucun nouveau cas n’a été confirmé. En 2013, deux cas importés de choléra ont été signalés chez des voyageurs chiliens en provenance de Cuba.

Le choléra et la diarrhée

L’Hantavirus.  Depuis les premiers cas sporadiques détectés en 1995, cette maladie a évolué vers une présentation endémique, avec des épidémies saisonnières (70% entre novembre et avril) et localisées dans certaines régions du pays.  En 2011, 60 cas confirmés de syndrome cardiopulmonaire à hantavirus (SCPH) ont été enregistrés, un chiffre plus élevé que prévu selon la médiane cumulative des cinq années précédentes (40 cas), le taux d’incidence cumulatif (2006-2011) était de 0,35. (44)

Parmi les cas confirmés, 1 622 présentaient

Grippe pandémique AH1N1.  En 2009, 368 118 cas ambulatoires ont été signalés comme compatibles ou soupçonnés de grippe pandémique. De ce nombre, 12 302 cas ont été confirmés comme étant des cas de grippe pandémique H1N1 et 1 876 cas (15,2% des cas) ont été hospitalisés.  634 450 traitements antiviraux gratuits ont été dispensés dans les secteurs public et privé.  Parmi les cas confirmés, 1 622 présentaient une IVA sévère, avec un âge médian de 32 ans.  53% des cas avaient des antécédents de maladie chronique. 

Parmi les cas de grippe pandémique, 150 décès ont été classés comme étant associés à la grippe pandémique.  L’âge moyen du décès était de 44 ans et 70,6% souffraient d’une maladie sous-jacente. 52.5% étaient des hommes, et l’âge moyen était de 44 ans, allant de 4 mois à 89 ans.  Le nombre moyen de jours entre l’apparition des symptômes et la date du décès était de 14 jours, allant de 0 à 67 jours. 

L’activité grippale pandémique a culminé entre les semaines 26 et 28 de 2009; à partir de la semaine 30, elle est restée à de faibles niveaux.  Parmi les virus de la grippe A circulant au Chili en 2009, 99% correspondaient à la pandémie de grippe A (H1N1) de 2009.

Maladies chroniques non transmissibles

Les Maladies Cardiovasculaires.  Ils représentent la principale cause de décès avec 27 158 décès en 2010, ce qui représente 27,7% du total des décès cette année-là, le taux de mortalité a atteint 158,9 pour 100 000 habitants valeur qui est plus élevé que l’année précédente 146,7 pour 100 000 habitants. (46)

Maladies chroniques non transmissiblesLes composantes de la mortalité cardiovasculaire sont les maladies cardiaques ischémiques et vasculaires du cerveau, qui représentent ensemble 65,5% du total des décès dans le groupe.  Le taux de mortalité par maladie ischémique est passé de 49,9 à 45,6 décès pour 100 000 habitants entre 2000 et 2010.

Au cours de cette période, le taux de mortalité par maladies cérébrovasculaires est passé de 48,4 à 52 décès pour 100 000 habitants.  En 2009, les taux de sortie des hôpitaux pour les cardiopathies ischémiques et les maladies vasculaires cérébrales étaient respectivement de 133,4 et 154,0 pour 100 000 habitants.

En 2011, la population en contrôle dans SNSS dans PSCV a atteint un total de 1 829 771, dont plus de 50% ont plus de 55 ans, dans ce groupe 18,1% a une classification de risque cardiovasculaire très élevé, 17,9% faible risque cardiovasculaire et 63,8% modéré et élevé.  83,3% sont hypertendus, 31,9% sont diabétiques, 39% sont dyslipidémiques, 12% sont fumeurs et 34,4% sont obèses.

Hypertension. On estime que la prévalence

Hypertension. On estime que la prévalence réelle de l’hypertension devrait être proche de 26% (confirmation post-diagnostique).  En 2010, 26,9% de la population chilienne de plus de 15 ans a augmenté la pression artérielle (moyenne de trois mesures supérieures à 140 mm Hg systolique, ou supérieures à 90 mm Hg diastolique, ou normotensive mais en traitement médicamenteux), avec une prévalence plus élevée chez les hommes que chez les femmes (28,7% et 25,3% respectivement).

Il y a également une augmentation progressive de la prévalence selon l’âge, avec 2,6% dans le groupe d’âge des 15-24 ans et 74,6% dans le groupe d’âge des 65 ans et plus.  Selon le niveau d’instruction, la strate inférieure est de 51,1%.

Les rejets d’hypertension ont atteint 6 778 en 2009 (8) et il y a eu 3 976 décès en 2010, ce qui représente un taux de 23,3 pour 100 000 habitants, beaucoup plus élevé que celui enregistré en 2000 de 14,9 pour 100 000 habitants, le taux le plus élevé est la femme en 2010 a atteint 27,3 pour 100 000 femmes (22).  En 2011, la population sous contrôle dans le NHS en raison de l’hypertension a atteint 1 523 543, ce qui représente 83,2% des personnes dans le programme de santé cardiovasculaire.

En 2010, il y a eu 3 316 décès dus au cancer

Tumeurs Malignes, En 2010, le cancer a causé 23,6% des décès, ce qui constitue la deuxième cause de décès dans le pays, avec 23 136 décès et un taux de 135,3 décès pour 100 000 habitants.  Il y a eu 117 860 sorties d & apos; hôpital en 2009, pour la plupart des femmes (61,9%) et des personnes âgées de 45 à 64 ans (37,3%). En 2010, il y a eu 3 316 décès dus au cancer de l & apos; estomac (19,4 décès pour 100 000 habitants) et 2 674 décès dus au cancer du poumon (15,6 décès pour 100 000 habitants).

Chez les hommes, les causes les plus fréquentes sont le cancer de l’estomac et de la trachée, des bronches et du poumon (26,6 et 20 décès pour 100 000 habitants, respectivement). Chez les femmes, les principales causes sont le cancer du sein, de la vésicule biliaire et de l’estomac (15; 14,4 et 12,4 décès pour 100 000 habitants, respectivement).

Leave a Reply

Your email address will not be published.