Pour sa part, la vaccination scolaire

Pour sa part, la vaccination scolaire
September 3, 2020 0 Comments

Principaux problèmes de santédirectés par l’articleprincipaux problèmes de santéles maladies transmissibles par le secteurmaladies évitables par la vaccination.ZoonosisTuberculosis. Maladies respiratoires aiguësmaladies émergentesmaladies chroniques non transmissiblesaccidents et violencesmaladies oralesanté oculairetoutes les pagesmaladies transmissibles

Le Chili a connu une évolution historique assez positive dans la lutte contre les maladies transmissibles. Il a réussi à éliminer l’incidence du paludisme, la rage humaine transmise par le chien (sauf un cas en 2013), la fièvre jaune. La tuberculose est généralement sous contrôle relatif, bien que le fardeau de morbidité soit plus élevé dans les groupes de population les plus pauvres et socialement vulnérables.

Il a réussi à éliminer l’incidence du paludisme

L’incidence des maladies transmissibles touchées par la déclaration obligatoire est basée sur les registres, qui n’ont probablement pas la même qualité et la même qualité d’enregistrement dans les différentes régions, lorsque les régions sont stratifiées selon le niveau socio-économique (SDI), il n’est pas possible de voir des variations régionales systématiques en ce qui concerne les maladies pertinentes, telles que la typhoïde et la paratyphoïde, l’heatite a, la tuberculose, la syphilis et le VIH / sida (tableau 5.7). (6)

Le Chili a connu une évolution historique assez positive dans la lutte contre les maladies transmissibles. Il a réussi à éliminer l’incidence du paludisme, la rage humaine transmise par le chien (sauf un cas en 2013), la fièvre jaune. La tuberculose est généralement sous contrôle relatif, bien que le fardeau de morbidité soit plus élevé dans les groupes de population les plus pauvres et socialement vulnérables.

Il a réussi à éliminer l'incidence du paludisme

L’incidence des maladies transmissibles touchées par la déclaration obligatoire est basée sur les registres, qui n’ont probablement pas la même qualité et la même qualité d’enregistrement dans les différentes régions, lorsque les régions sont stratifiées selon le niveau socio-économique (SDI), il n’est pas possible de voir des variations régionales systématiques en ce qui concerne les maladies pertinentes, telles que la typhoïde et la paratyphoïde, l’heatite a, la tuberculose, la syphilis et le VIH / sida.

Maladies à transmission vectorielle

Dengue.  En 2000, la présence du vecteur dengue sur L’Île de Pâques a été étudiée.  En mars 2002, il y a eu une épidémie de dengue indigène sur L’Île de Pâques, puis aucun cas n’a été enregistré jusqu’en 2006.  Entre 2006 et 2008, il y a eu 53 cas confirmés comme Dengue classique, 28 cas confirmés en 2008 et un cas en 2011. En 2012, 34 cas de Dengue importée ont été confirmés.

Paludisme, fièvre jaune, peste et schistosomiase.  Aucun cas indigène de paludisme n’a été signalé depuis 1945. Il existe des foyers actuels de vecteurs anophélines dans les deux régions de l’extrême nord du pays: dans la vallée de Yuta (Arica) et le ruisseau Tarapaca (Iquique), région I, bien qu’aucun Plasmodium n’ait été détecté.

La maladie de Chagas.  On estime que la maladie de Chagas touche environ 120 000 personnes dans le pays, avec une prévalence estimée à 0,7% (ENS 2009-2010).  C’est une espèce endémique qui s’étend des régions I aux régions VI, y compris la région métropolitaine.

La notification d & apos; annulation d & apos; affaires est passée de 433 affaires en 2007 à 1992 affaires en 2011 (25).  Depuis 1992, il y a eu une stabilisation du taux de mortalité (0,3 pour 100 000), avec une moyenne de 52 décès par an, dont 80% de maladies cardiaques et le reste d’autres types de viscéromégalie.  L’Enquête nationale sur la santé de 2009-2010 a fait état d’une prévalence de 0,7%.

En mars 2002, il y a eu une épidémie de dengue indigène

En mars 2002, il y a eu une épidémie de dengue indigène

Dengue.  En 2000, la présence du vecteur dengue sur L’Île de Pâques a été étudiée.  En mars 2002, il y a eu une épidémie de dengue indigène sur L’Île de Pâques, puis aucun cas n’a été enregistré jusqu’en 2006. Entre 2006 et 2008, il y a eu 53 cas confirmés comme Dengue classique, 28 cas confirmés en 2008 et un cas en 2011. En 2012, 34 cas de Dengue importée ont été confirmés.

Paludisme, fièvre jaune, peste et schistosomiase.  Aucun cas indigène de paludisme n’a été signalé depuis 1945. Il existe des foyers actuels de vecteurs anophélines dans les deux régions de l’extrême nord du pays: dans la vallée de Yuta (Arica) et le ruisseau Tarapaca (Iquique), région I, bien qu’aucun Plasmodium n’ait été détecté.

La maladie de Chagas.  On estime que la maladie de Chagas touche environ 120 000 personnes dans le pays, avec une prévalence estimée à 0,7% (ENS 2009-2010).  C’est une espèce endémique qui s’étend des régions I aux régions VI, y compris la région métropolitaine.

La notification d & apos; annulation d & apos; affaires est passée de 433 affaires en 2007 à 1992 affaires en 2011 (25).  Depuis 1992, il y a eu une stabilisation du taux de mortalité (0,3 pour 100 000), avec une moyenne de 52 décès par an, dont 80% de maladies cardiaques et le reste d’autres types de viscéromégalie.  L’Enquête nationale sur la santé de 2009-2010 a fait état d’une prévalence de 0,7%. (26)

 Maladies évitables par la vaccination

L’éradication nationale de la variole en 1950, de la poliomyélite en 1975 et l’élimination de la rougeole (cas autochtones) depuis 1992 ont été réalisées. L’incorporation progressive des vaccins depuis les années 1960 a été renforcée par la mise en œuvre du Programme National élargi de vaccination (PNM), avec une couverture nationale étendue, qui a contribué à renforcer la prévention et le contrôle des maladies immunopréventibles.

La population cible comprend en particulier les nouveau-nés et les enfants et les personnes âgées du pays (65 ans et plus), et est régulièrement mise à jour à mesure que de nouveaux vaccins ou combinaisons sont nécessaires et avancés.

En 2010l, 1,9 million de doses ont été administrées à des enfants de moins d’un an, avec BCG, Pentavalent (première, deuxième et troisième doses), anti-Polio (première, deuxième et troisième doses), Triviric (première dose) et conjugué pneumococcique (première, deuxième, troisième dose et premier rappel).

Rougeole.  Aucun cas de rougeole indigène n’a été signalé au Chili depuis 1993. Au cours de la dernière décennie, il y a eu des importations de cas isolés en 2003 (génotype H1), 2009 (génotype D4) et 2011 (génotypes D4 et D9) avec 3 importations et 6 cas confirmés cette année-là, sans transmission communautaire.

Selon la Commission Nationale d’Experts qui a évalué la ” Documentation pour la vérification de l’élimination de la rougeole, la rubéole et le syndrome de rubéole congénitale (crs) au Chili” (Ops-MOH 2011), il est considéré que le pays peut certifier pour l’élimination de la circulation du virus rougeole local. Au niveau national, le vaccin banalisé d’un an avait une couverture comprise entre 86 et 92% entre 2005 et 2010. Pour sa part, la vaccination scolaire (6 ans) à l’échelle nationale a eu une couverture de 83% au cours des trois dernières années.

Leave a Reply

Your email address will not be published.